Traduction - Translate

vendredi 15 janvier 2016

PRIORITÉ : UNE ASSEMLÉE CONSTITUANTE


Vive la République du Québec !

Ne pourrions-nous pas convenir que la mise sur pied d'une Assemblée constituante (AC) par le prochain gouvernement doit être UNE PRIORITÉ du fait de sa valeur pédagogique ?

Sa fonction : 
À partir d'une base très générale, convenir des articles fondamentaux d'une constitution républicaine qui sera soumise au peuple, invité à l'adopter par référendum.
Sa formation : 
Environ 3000 citoyens choisis par tirage à partir d'une liste de candidats provenant de tous les milieux équitablement. Un test de connaissances élémentaires pourra servir à l'admission des candidats.Un « comité de sages » choisis par les 2/3 de l'Assemblée nationale pourra établir les critères et modalité de sélection des membres de l'AC.
Son fonctionnement : 
Une première Assemblée générale de l'A.C. pour adopter les règlements généraux et les grandes lignes d'un projet qui sera présenté dans toutes les régions du Québec; par groupe d'une cinquantaine ou plus formeront des commissions itinérantes qui animeront des rencontres de citoyens dans le maximum de villes et villages pour adopter des propositions qui seront présentées dans une ou deux assemblées générales de l'A.C. Chaque commission sera sous la responsabilité d'officiers élus qui verront à son bon fonctionnement selon les règles établies.
La dernière Assemblée générale adoptera la version finale du projet de constitution qui devra être présenté au peuple à l'occasion d'un référendum organisé par l'Assemblée nationale du Québec.

On aura ainsi permis à tous les Québécois, de Saluit à Lacolle et de La Sarre à Percé, de donner leur opinion et d'adopter DÉMOCRATIQUEMENT leur future constitution.

Les éléments de base du projet initial pourraient ressembler à ceux qu'on trouve ici :
UN PROJET DE CONSTITUTION POUR LE QUÉBEC
Voir aussi ce projet d'avenir
et prendre connaissance du Manifeste
:
ENSEMBLE, CONSTITUONS LE QUÉBEC
Qu'est-ce qu'on en pense ?
-o-o-o-o-o-o-





 
 

DES GOUVERNEMENTS CATASTROPHIQUES...

UNE ARNAQUE RADICALE

Le présent gouvernement du Québec, sous la gouverne de Philippe Couillard, le grand ami du défunt Arthur Porter, a versé aux médecins spécialistes un surplus injustifié de 416 millions de $ qu'il dit ne pas pouvoir (ou vouloir...) récupérer : déclaration en fin 2015. Pendant ce temps, notre gouvernement de médecins en congé coupe dans une foule de service essentiels, particulièrement en éducation et en santé.

De plus, il a récemment accordé 200 millions de $ aux ports fédéraux du Québec pour lesquels nous payons déjà largement sans recevoir les investissements appropriés. Peut-être n'avez-vous pas lu mon commentaire publié dans Le Nouvelliste à ce sujet, le 7 décembre dernier :  ICI.
En cas de disparition de l'article, vous le trouverez en annexe ci-dessous :
« Des cocus contents »

Tout récemment, la compagnie RER Hydro qui devait fabriquer des hydroliennes dans une grande usine avec 600 employés à Bécancour a fait faillite, causant une perte de près de 100 millions de $ au gouvernement et aux investisseurs québécois. De plus, le prototype montré dans tous les journaux n'aurait jamais pu fournir la puissance mentionnée, encore moins être installé dans le chenal du Saint-Laurent. C'est ce que je pense avoir démontré dans le bref document en annexe (Les hydroliennes). Le promoteur Imad Hamad, décrit comme un « charmeur » par le maire Dubois de Bécancour, semble être d'une espèce assez venimeuse d'aventuriers et escrocs qui s'agitent autour de nos gouvernements...
 
Quelques éléments de recherche sur ce sujet :

RER Hydro en faillite  (28 décembre 2015)
RER Hydro: plus de 49 M$ jetés dans le fleuve (28 décembre 2015)
RER Hydro, une entreprise sur laquelle on trouve des renseignements de base ici.
Les hydroliennes s'enfoncent
(28 mai 2014)
RER Hydro en courants contraires (23 avril 2014)
Un promoteur subventionné pour payer ses dettes (22 décembre 2013)
Usine d'hydroliennes: de grandes attentes à Bécancour (11 novembre 2013)
Comme on peut le constater, les activités de RER Hydro ont commencé bien avant que Pauline Marois prenne la succession de J.J. Charest à l'automne 2013. Comme on le devine dans la dernière référence, le gouvernement Marois a apparemment présumé que ce dossier avait été correctement monté par le gouvernement précédent en faisant une telle annonce pour compenser la fermeture annoncée de la centrale nucléaire qui avait déjà été décidée sous Charest, mais que ce dernier n'avait pas eu le courage de décréter. 

Le simple examen de ce prototype indique assez clairement qu'il s'agit d'une mise en scène pour profanes. En effet les pales sont beaucoup trop fines par rapport à la surface de l'appareil. De plus, ses dimensions indiquent qu'une hydrolienne parfaite de cette taille ne pourrait donner guère plus de 3 kW dans le chenal du fleuve Saint-Laurent où la vitesse de l'eau ne dépasse pas 1,5 m/s... C'est ce qui est démontré dans l'étude « Les hydroliennes ».



Le « prototype » d'hydrolienne de RER Hydro.
Le président-directeur général de RER Hydro, Imad Hamad, devant une hydrolienne.
http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201405/28/01-4770495-quebec-a-offert-de-racheter-rer-hydro-avant-les-elections.php

Maintenant, un SCANDALE parmi d'autres que le peuple ignore en général ou fait semblant d'ignorer parce qu'on n'a pas le courage d'agir.... Encore une perte de près de 2 MILLIARDS de $, par suite d'incompétence crasse ou de magouilles, ou des deux... Plutôt que de faire bénéficier nos producteurs de légumes des surplus d'électricité d'Hydro-Québec pour chauffer leurs serres, le gouvernement de John James Charest a accepté un contrat selon lequel on paie 150 MILLIONS de $ par année à Trans-Canada (gaz) pour la centrale au gaz de Bécancour qui ne fonctionne pas depuis sa construction en 2007 et qui ne consomme pas de gaz. Un article éloquent qui résument l'arnaque, dans Le Devoir du 11 janvier 2016.

Quelles sont les fripouilles ou les incompétents derrière cette affaire révoltante ???
Plus ou moins les mêmes qui n'ont pas été touchés après la Commission Charbonneau ???


Notre dépossession tranquille se poursuit dans le secteur minier dans le cadre d'un « plan Nord » qui profite essentiellement aux minières étrangères. Le vidage de notre sous-sol de ses riches minerais s'accélère sans qu'un seul gramme de nickel ou autre métal précieux ne soit produit au Québec par une industrie métallurgique moderne. Qu'attendent nos entrepreneurs et autres gens d'affaires pour agir et créer cette industrie essentielle ? 

De plus, non seulement les mines ne nous rapportent rien d'autres que des salaires de mineurs mais elles nous coûtent des millions par année du fait que l'État québécois s'oblige à nettoyer les sites laissés à l'abandon par les minières après avoir vidé le sous-sol. Sur l'implication de Philippe Couillard dans ces affaires :
« Le rachat de la petite société canadienne Goldbrook Ventures par son partenaire chinois Jilin Jien Nickel permettra à l'empire du Milieu de détenir l'entier contrôle sur le projet Nunavik Nickel, dans l'extrême nord du Québec. Le projet deviendra de ce fait la première mine québécoise à propriété 100% chinoise...»

« Jien Canada a passé des conventions de dépôt de titres le 15 octobre 2009 avec les directeurs et représentants officiels de Canadian Royalties détenant un total de 431 936 actions (0,4 % des actions émises et en circulation) : Bruce Durham, Bernard J. Guarnera, Hugh Blakely, Luciana Zannella, Bryan A. Coates, Michael H. Wilson, Dr Arthur T. Porter, Phillippe Couillard...» (CLIC) (Voir aussi plus bas).
On peut constater que ces deux grands copains avaient des activités assez diverses en plus du « Queen's privy council », du SCRS, etc...

Comme la plupart des minières ne paient pas de redevances, il s'agit d'une authentique situation coloniale, comme dans certains pays de misère, mais très riches, comme le Congo, entretenue par certaines 'élites' locales...

En avril dernier (2015), on apprenait ceci qui s'est confirmé depuis :
« Ressources Québec, une filiale d’Investissement Québec, s’apprête à verser 100 M$ à la société minière Canadian Royalties et à sa société mère Jien Canada, qui possèdent la mine de nickel Nunavik Nickel, dans le Grand Nord québécois.
Canadian Royalties avait besoin de capitaux pour poursuivre le développement de sa mine, a indiqué à l’Agence QMI Xiaoman Qi, une porte-parole de l’entreprise. Mme Qi n’a pas donné plus de détails sur le prêt, car une annonce officielle est prévue dans quelques jours.»
 Or,
«...le premier ministre (Couillard) avait siégé au conseil d’administration de Canadian Royalties lorsqu’il avait temporairement quitté la politique en 2009, en compagnie de son comparse le Dr Arthur Porter qui croupit actuellement dans une geôle du Panama en attendant d’être extradé pour répondre aux accusations qui pèsent contre lui ici pour son rôle dans le méga-scandale du CUSM... »  * Porter est décédé depuis.
Et, vers la fin de 2015, ce même Couillard voyait à ce le Québec accorde un 'prêt' de 100 MILLIONS DE DOLLARS à cette compagnie chinoise milliardaire, afin d'accélérer le vidage de notre sous-sol de son riche minerai, expédié en Chine à l'état brut, sans aucune transformation métallurgique au Québec...

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Des cocus contents

Le Nouvelliste -  Trois-Rivières, le 8 décembre 2015


Les principaux ports du Québec, y compris celui de Trois-Rivières, sont encore sous juridiction fédérale, c'est-à-dire canadienne. À ce titre, tout leur financement de projets doit se faire par l'État fédéral canadien auquel nous, Québécois, versons encore plus de 45 milliards de dollars d'impôts divers par année pour s'occuper correctement d'un certain nombre d'activités et d'infrastructures, dont les ports justement.


Nous savons tous que notre port de Trois-Rivières est particulièrement négligé depuis fort longtemps et qu'il dispose d'équipements d'un autre siècle qui limitent son attrait pour les échanges internationaux et autres.

Par ailleurs, nos impôts servent largement à la modernisation des ports de Vancouver, Toronto, Halifax, etc., par rapport auxquels les équipements de Trois-Rivières sont nettement dérisoires quand on les compare.

Or, Le Nouvelliste du 30 novembre dernier nous apprend avec éclat à la page 3 que le gouvernement du PLQ de Philippe Couillard, au moment où il coupe outrageusement dans tous les services essentiels, aurait décidé essentiellement de donner 200 millions de dollars aux ports fédéraux dans un geste dénué de tout bon sens car nous payons déjà largement pour des investissements qui vont ailleurs par le biais de nos taxes et impôts payés à Ottawa. 

Nous payons donc au moins en double, car Ottawa n'a investi que 16 millions de dollars dans le port de Trois-Rivières en 2015 selon ce que nous apprend le quotidien dans le même article. Alors, le moins qu'on puisse dire est que c'est vraiment absurde et désolant de voir des hommes publics locaux considérer comme «un beau cadeau de Noël» ce paiement en double qui serait plutôt le fait de «cocus contents» qui ne savent pas ou ne veulent pas exiger ce qui nous revient. 

C'est assez déprimant...Par conséquent, on ne peut qu'espérer qu'un prochain gouvernement du Québec assumera la pleine responsabilité de tous nos ports, avec toutes les sources de revenus d'un gouvernement qui se respecte.

Jean-Luc Dion, ingénieur et professeur retraité

Trois-Rivières

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-