Traduction - Translate

samedi 30 mai 2015

L'ÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE



L'ÉCOLE DANS LA RÉPUBLIQUE DU QUÉBEC

Sur la base du mémoire présenté par Jean-Luc Dion
À la Commission Mauricie – Bois-Francs sur l’avenir du Québec

« Projet Renaissance »
Louiseville, le 26 février 1995
Avec quelques retouches et additions

 

GÉNÉRALITÉS

  • L'école à tous les niveaux est un facteur primordial de développement maximal des connaissances et des plus hautes valeurs démocratiques et morales. Elle est le creuset où se forment les citoyens de toutes origines du Québec de demain, instruits, cultivés, forts, unis, solidaires, dynamiques, créatifs, fiers et généreux.
  • La République du Québec doit se donner des institutions publiques d'enseignement diversifiées de la plus haute qualité, de l'école maternelle à l'Université sur la base de sa propre culture et de ce qui se fait de mieux ailleurs.
  • Dans la République du Québec la fréquentation de l’école est obligatoire pour tous dans des écoles appropriées jusqu’à l’âge de 18 ans, et il n’y a pas de frais de scolarité de l’école maternelle à la fin du cours universitaire.
  • L'admission à l'Université se fait par concours.

LE SYSTÈME D'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE

  • La mission fondamentale de l'école est d'instruire, d'éduquer et de permettre l'épanouissement des talents de chaque citoyen, dans le respect des différences, en vue du bonheur individuel et de l'harmonie sociale.
  • Les ressources de l'État doivent servir essentiellement à financer, maintenir et développer un système d'enseignement public de langue française diversifié de la plus haute qualité, de l'école maternelle à l'Université. On ne tolère pas de disparité évidente de qualité générale et de moyens entre les écoles sur tout le territoire.
  • Un réseau d'écoles publiques et d'universités de langue anglaise est entretenu par l'État pour la minorité de langue maternelle anglaise en nombre et financement équivalents à ceux accordés au Canada pour la minorité de langue maternelle française;
  • Les écoles privées ne sont pas subventionnées par l'État, sauf exceptionnellement celles qui offrent certains programmes d'enseignement estimés d'intérêt général qu'on ne retrouve pas dans le système public.
  •  Toutes les écoles jusqu'au secondaire sont largement autonomes et gérées localement par un conseil académique formé du directeur, du directeur adjoint, de trois enseignants élus parmi leurs pairs et de trois représentants des parents d'élève désignés par l'assemblée des parents d'élèves. 
  • Une direction académique régionale (DAR) légère, agrée par le Ministère de l'Éducation assure la coordination des écoles et l'engagement du personnel selon les critères rigoureux décrétés par le ministère de l'Éducation à partir des recommandations du Conseil supérieur de l'Éducation.
  • Les directeurs d’école sont choisis par la DAR parmi les enseignants qui ont une expérience d’au moins dix ans et des réalisations significatives.
  • Dans chaque ville les écoles se rattachent à un service municipal responsable d'assurer et coordonner les services matériels aux écoles : bibliothèques, équipements de sport, construction, entretien, nettoyage, etc. Les directeurs des écoles d'une ville ou au plus trois de leurs représentants font partie d'un comité conjoint paritaires de la municipalité qui assure la coordination des ressources.
  • Toutes les écoles doivent assurer un programme complémentaire de formation et de loisirs culturels incluant, pour tous les élèves et sans frais supplémentaires, l'assistance aux concerts d'orchestres symphoniques; des visites guidées de nos musées, des lieux historiques et culturels, des grandes réalisations techniques telles que des centrales hydroélectriques, usines, entreprises et coopératives diverses, etc. Les municipalités doivent soutenir ce programme, notamment en assurant le transport gratuit pour les visites.
  • Dans le cadre des groupements de municipalités, ceux-ci doivent assurer l'équité dans la répartition des ressources entre les écoles d'une région.
  • Le Ministère de l'Éducation est responsable de l'établissement des grandes lignes des programmes d'enseignement et de leur coordination à l'échelle nationale. Ces programmes sont établis par des comités d’experts qualifiés ayant une solide expérience de l’enseignement. Ces experts sont choisis parmi les candidats désignés par les écoles, sur la base de la qualité de leur dossier académique. Chaque école a la responsabilité de satisfaire ces programmes, de les adapter au milieu et de les administrer en visant l'excellence.
  • Le Ministère de l'Éducation est responsable de la distribution équitable des budgets de fonctionnement et d'investissement sur tout le territoire du Québec, en fonction des particularités régionales.
  • Le Ministère de l'Éducation maintient un service d’inspection général des écoles. Chaque école reçoit la visite d’un inspecteur au moins une fois par année, pendant une journée complète ou plus, selon la taille de l'école. L’inspecteur rencontre la direction et les enseignants pour échanger et s’informer des réussites et des difficultés en général. Il fait une tournée des classes et questionne les élèves à sa guise. L’inspecteur est tenu de rédiger un rapport détaillé de ses visites, comportant ses recommandations s’il y a lieu, pour la direction du ministère, avec copie à la direction de l’école.
  • Les inspecteurs d'école sont choisis par concours parmi les enseignants ayant le plus d'expérience. Ils doivent exercer de préférence leur mandat dans une région autre que la leur.

LES ENSEIGNANTS

  • Considérant que l'avenir de la nation repose sur de nouvelles générations qui doivent avoir la meilleure éducation possible dans tous les domaines, il importe au plus haut degré que les enseignants soient des citoyens cultivés de la plus haute compétence.
  • Le statut d'enseignant doit être un statut professionnel respecté et respectable, un statut de grande responsabilité sociale et nationale, avec un salaire en conséquence en accord avec ceux des autres professionnels, médecins, avocats, ingénieurs, etc...
  • On doit accorder la priorité à la sélection et à la formation des enseignants en général.
  • On doit hausser les critères d'admission dans la profession, ainsi que les exigences de qualification dans tous les domaines de l'enseignement et à tous les niveaux.
  • Les futurs enseignants doivent être choisis par concours parmi les meilleurs candidats au début du cours universitaire et les plus motivés pour cette carrière.
  • Tout enseignant doit viser à devenir un modèle pour les élèves et les étudiants.
  • Dans les cours de français, il est de première importance que les élèves apprennent à lire et écrire avec intelligence, ainsi qu'à parler correctement, tout en développant la fierté de leur langue.
    Ces qualités s'acquièrent particulièrement par la lecture de textes de grands auteurs de toutes les époques, par des dictées et récitations régulières avec de bons et beaux textes choisis. 
  • Quelle que soit sa spécialité et la matière enseignée, l'enseignant doit veiller à la qualité de la langue écrite et parlée par les élèves et attribuer une partie des notes attribuées à ces qualités.
  • Comme tout autre professionnel, l’enseignant doit mettre ses connaissances à jour continuellement et est évalué périodiquement.
  • Les responsables de l'école et les enseignants doivent assurer un contrôle permanent de la qualité de la formation donnée aux élèves: c'est une responsabilité sociale.
  • L'assignation des enseignants dans les classes d'élèves se fait nécessairement selon leur spécialité et leur expérience : un professeur de français enseigne le français, un professeur de mathématiques enseigne les mathématiques, etc.

LES VALEURS ET CONNAISSANCES ESSENTIELLES

Parmi les valeurs essentielles qui doivent être reconnues et les connaissances qui doivent être acquises à l'école d'une façon graduelle et soutenue de l'école maternelle à la fin du cours secondaire, en voici quelques-unes :
  • Le perfectionnement de la langue française écrite et parlée, dans toutes les matières enseignées, comme facteur de promotion dans tous les secteurs de la vie;
  • Le développement de la capacité d'analyse et du sens critique par l'étude des grands auteurs et de l'actualité;
  • La connaissance de la littérature de langue française du Québec et de la Francophonie, ainsi que de la littérature universelle;
  • La connaissance de l'histoire nationale et de l'histoire des civilisations;
  • La connaissance de la géographie en général et de celle du pays en particulier; 
  • La connaissance de base des philosophes qui ont marqué l'Histoire et de leur pensée ou système moral;
  • Les connaissances scientifiques de base : physique, chimie, biologie, astronomie...
  • La connaissance des bases de la musique et la découverte des grands compositeurs de l'Histoire;
  • La stimulation de la créativité et de l'initiative individuelle dans le respect des autres;
  • Le développement maximal des talents de chacun pour son épanouissement personnel et le bien de tous;
  • La valorisation du rôle de chacun dans la société, la valorisation de tous les métiers et professions;
  • Le respect des lois que la nation s'est données démocratiquement;
  • L'attachement au pays et à ses valeurs, ainsi que l'importance de les défendre contre les envahisseurs et les imposteurs;
  • La connaissance des institutions nationales, de la vie en société et du fonctionnement de la démocratie;
  • L'apprentissage du fonctionnement en démocratie et de la participation au fonctionnement du pays;
  • De solides connaissances sur la physiologie humaine en général et les règles de santé essentielles; 
  • Des activités physiques et sportives pour tous, selon les capacités;
  • La connaissance de base des organismes économiques et industriels et de leur fonctionnement;
  • L'initiation pour tous aux milieux de vie et de travail, aux métiers, aux professions, etc., par de nombreuses visites et courts stages pendant le cours secondaires, comme cela se pratique particulièrement en Allemagne;
  • Le sens des responsabilités et l'altruisme;
  • Le respect des autres et du bien public quels qu'ils soient;
  • Le respect de la parole donnée;
  • Le goût du travail méthodique et bien fait;
  • La valeur de l'effort individuel et collectif;
  • L'apprentissage de l'anglais à partir du cours secondaire par un enseignement de qualité et des stages dans les pays voisins pour les élèves qui se qualifient. À la fin du cours secondaire, la majorité des élèves devrait en avoir une connaissance pratique en lecture, écriture et conversation;
  • L'apprentissage d'une deuxième langue étrangère à partir de la deuxième ou troisième année du cours secondaire;
  • Toutes ces connaissances sont évaluées particulièrement par des examens à la fin du cours secondaire.

INITIATIVES LOCALES ET CRÉATIVITÉ

Dans le cadre de programmes nationaux déterminant les objectifs essentiels à atteindre pour tous, on doit faire place aux initiatives locales et à la créativité. L'école doit être un milieu de vie diversifié et agréable favorisant l'épanouissement de chacun. 
À prévoir :
  • Intégration de l'école à la vie municipale;
  • Augmentation de la durée de l'année scolaire, redistribution des congés;
  • Allongement du séjour à l'école jusqu'à 17 h pour tous, permettant : périodes d'étude, activités socioculturelles et sportives, etc.;
  • Association de l'école aux camps de vacances pour tous et aux chantiers de travaux communautaires...
Ce sont là quelques éléments d'un véritable projet de société dynamique, créatrice, libre, confiante en elle-même, fraternelle et ouverte.
(…)

* * * * * * * * *


Novembre 2011
Mai 2015
Septembre 2017