Traduction - Translate

dimanche 24 avril 2011

CICÉRON - SUR LA CORRUPTION...



SUR LA MAUVAISE INFLUENCE DES ÉLITES CORROMPUES...

De tous temps, il y a eu des dirigeants corrompus qui ont exercé une très mauvaise influence sur le peuple.  

50 ans avant l'ère chrétienne, le grand auteur et homme d'État Cicéron avait constaté avec justesse la mauvaise influence des politiciens véreux sur les populations, et vice-versa.

Que pourrait-il conclure s'il pouvait observer aujourd'hui les combines de nos dirigeants québécois favorisant des intérêts particuliers et bradant nos ressources naturelles sans souci des conséquences ? Faut-il s'étonner du laxisme et de l'indifférence qui affectent tant de nos compatriotes ? Surtout quand nos dirigeants ne proposent pas de projet sensé, susceptible de solidariser tous les éléments de la nation pour un avenir prospère dans le monde.

En général, quand le peuple n'a pas de bons modèles à la tête de l'État, la moralité publique court de grands risques...

 * * * * *
« Si grave en effet que soit en lui-même le mal quand les grands commettent des fautes,
il l'est encore bien plus du fait qu'on les imite.


Si l'on déroule les souvenirs du passé, on peut voir que
tels furent les hommes occupant le premier rang dans la cité,
telle aussi fut la cité elle-même,
et que toute altération survenue dans leurs mœurs
a eu pour suite une altération pareille dans celles du peuple.


Cette remarque a un peu plus de vérité que celle de notre cher Platon,
qui dit qu'un changement dans la musique est une révolution dans l'État.
Pour moi, je pense que
ce sont les habitudes de vie des grands
qui changent les mœurs des cités.


C'est par là que les vices des grands sont particulièrement funestes à l'État ;
non seulement ils s'adonnent eux-mêmes à ces vices,
mais ils les répandent dans la cité et,
nuisibles par leur propre corruption,
ils le sont encore parce qu'ils corrompent les autres
;
leur exemple est plus funeste que leur faute.»


Peu, très peu de citoyens, revêtus de charges et de dignités,
suffisent pour corrompre ou redresser les mœurs d'une cité.»


CICÉRON - TRAITÉ DES LOIS   Livre III   ( 52 av. J.-C. )
(en latin Marcus Tullius Cicero), né le 3 janvier 106 av. J.-C., à Arpinum en Italie et assassiné le 7 décembre 43 av. J.-C. à Formia.
http://agora.qc.ca/dossiers/Ciceron
http://agora.qc.ca/Documents/Ciceron--La_vie_de_Ciceron_-_1e_partie_par_Plutarque


* * * * * * * *
« Le poisson pourrit toujours par la tête »
Proverbe breton

* * * * * * * *

* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
LE DEVOIR  -  1910-2010
* * *
DEMAIN – Hymne au Québec
* * *
« Ce qui nous laisse petits,
    c'est la peur de devenir grands »
* * *

L'ILLUSION NÉO-DÉMOCRATE




 IL NE FAUT PAS CÉDER À CETTE ILLUSION

Si j’étais un Canadien de langue anglaise vivant hors du Québec, je voterais probablement pour le NPD à l'élection du 2 mai 2011 à cause de ses politiques économiques et sociales. Toutefois, comme Québécois de langue française solidement enraciné ici et militant pour un Québec ouvert sur le monde, cela m’est impossible. Simplement du fait que je me souviens des nombreuses prises de position de ce parti à l’encontre des intérêts du Québec et des Québécois qu’il importe de rappeler.

Devant certains résultats de sondages récents plus ou moins fiables, il faut constater que la gentillesse de M. Layton peut faire oublier plusieurs gestes lourds de conséquences pour notre avenir, du moins pour quiconque connait l’histoire et croit à l’essor dans le monde d’un Québec maitre chez lui. Voici quelques extraits des rappels formulés récemment par l’analyste Jean-François Lisée, auteur de deux fameux livres sur l’histoire des vingt dernières années…

C’est le procureur général néo-démocrate de Saskatchewan, Roy Romanow, qui fit équipe avec Jean Chrétien pour isoler le Québec lors de la fameuse « nuit des longs couteaux », il y a bientôt 30 ans. Ensuite, les députés néo-démocrates en chambre adoptèrent sans broncher la constitution de 1982 qui allait isoler le Québec et réduire les pouvoirs de notre Assemblée nationale. Depuis ce coup de force unitariste, nous nous laissons imposer cette constitution non démocratique que nous n’avons pas rédigée ni votée.

Au cours de la tentative manquée de réparation qui suivit en 1992, le premier ministre néo-démocrate ontarien, Bob Rae, s’était directement opposé à ce que le Québec obtienne une quelconque autonomie sur la culture ou que soit réduite l’ingérence fédérale dans les affaires québécoise. Chargé de la rédaction de certains éléments clés, c’est lui qui demandait à ce qu’on exclue des discussions le ministre québécois Gil Rémillard, qu’il jugeait trop revendicatif. Il préférait n’avoir affaire qu’au membre le plus mou de la délégation québécoise, Robert Bourassa.

En 1998-1999, Row Romanow était devenu premier ministre de Saskatchewan et, à ce titre, il présidait la conférence des premiers ministres provinciaux. Les provinces anglophones avaient convaincu Lucien Bouchard de faire front commun avec elles contre les tentatives d’intrusion fédérales dans les programmes sociaux, dont la santé. Elles avaient même accepté d’insérer dans leur position conjointe le droit du Québec de se retirer des futurs programmes fédéraux avec compensation. Or c’est le néo-démocrate Romanow qui se fit le promoteur des positions de Jean Chrétien et de Stéphane Dion auprès des autres premiers ministres, jusqu’à faire en sorte que toutes les provinces renient leur position initiale, isolant le Québec. Elles acceptaient plutôt de signer un document qui donnait spécifiquement le droit à Ottawa de s’ingérer dans les affaires du Québec et reconnaissaient, pour la première fois de l’histoire, le pouvoir fédéral de dépenser.

Tout récemment, Jack Layton n’a pas accepté que les salariés québécois qui sont fonctionnaires fédéraux, soient protégés par notre Charte de la langue française. Jack défend les prérogatives fédérales. Peu importe la nation québécoise, mais il dit nous ‘aimer’…

Je me souviens aussi du libéral Thomas Mulcair devenu député NPD qui, après avoir mené campagne pour le NON aux côtés de Jean Chrétien, de Jean Charest et autres Sheila Copps, et appuyé l'odieuse « loi sur la clarté » des libéraux, a entretenu de façon vicieuse pendant plus de 10 ans le mensonge sur une soi-disant conspiration nationale du camp du OUI visant à faire annuler des bulletins de votes des partisans du NON…

Les néo-démocrates de Layton ont récemment appuyé l'intention du gouvernement Harper de financer la construction de lignes de transmission électriques sous-marines à Terre-Neuve afin d'exporter l'électricité terreneuvienne aux États-Unis, ce qui nous ferait compétition malhonnête du fait que le fédéral n'a JAMAIS aidé au financement de notre développement hydro-électrique.

Nous devons être solidaires plus que jamais, et ne pas céder aux boniments qui ne visent qu’à maintenir le gouvernement Harper au pouvoir en divisant le vote au Québec. Votons le 2 mai, et massivement pour le Bloc. Cela s’impose encore et toujours jusqu'à ce que nous ayons le courage de faire l'indépendance du Québec.

* * *
« (…) Voici le premier impératif : gardons-nous bien de suivre, à la manière des moutons,
le troupeau de ceux qui précèdent en allant non pas vers où il faut aller,
mais simplement où vont les autres.
Car rien n’entraîne à de plus grands malheurs que de se conformer à la rumeur publique,
en estimant que les meilleurs choix sont ceux du plus grand nombre,
de se laisser conduire par la multiplicité des exemples –
cela parce que nous vivons non d’après la raison mais dans un esprit d’imitation. »
 
SÉNÈQUE, philosophe romain, 4 à 65 AD
« La vie heureuse » (De Vita Beata)
  Sénèque. La vie heureuse.  Traduit du latin par François Rosso, édition Arléa, Paris, 1989
* * *
 * * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
LE DEVOIR  -  1910-2010
* * *
DEMAIN – Hymne au Québec
* * *
« Ce qui nous laisse petits,
    c'est la peur de devenir grands »
* * *