Traduction - Translate

jeudi 29 juillet 2010

LA TRAHISON DES ÉLITES


Comment nos économistes québécois répondent-ils aux faits avancés par Paul Craig Roberts ? On se pose la question.


How the Economy was Lost
 by Paul Craig Roberts



How the Economy was Lost by Paul Craig Roberts



The US economy has disintegrated, and with it into the abyss plummet the blueprints of neoliberal economists, whose theories about "the free market" have now gone the way of medieval alchemy. No voice has been stronger, no prose more forceful, than that of Paul Craig Roberts in predicting collapse. His weekly columns in CounterPunch have won an audience of millions around the world, grateful for a trained economist who can explain lucidly how the well-being of the planet has been held hostage by the gangster elite. Now Dr. Roberts has written the shortest, sharpest outline of economics for the twenty-first century ever put between book covers. He traces the path to ruin and lays out the choices that must be made. There is the "empty world" of corporate exploitation, abetted by the vast majority of economists; or the "full world" of responsible management and distribution of our resources. Amid crisis, this is the guide you've been waiting for.
Paul Craig Roberts fut éditorialiste au Wall Street Journal et secrétaire adjoint au Trésor américain. Son dernier livre, HOW THE ECONOMY WAS LOST, vient d’être publié par CounterPunch/AK Press. On peut le joindre à l’adresse : PaulCraigRoberts@yahoo.com. Il a obtenu des mains d’Edouard Balladur en 1987 La légion d’honneur pour ses travaux entre économie et politique.


« Lorsqu’un personnage comme Paul Craig Roberts [1], grand journaliste et homme politique américain, jette l’éponge et abandonne son combat pour la Vérité sur le désolant constat que la société américaine – et sans aucun doute les sociétés occidentales – se sont désormais enfoncées trop profondément dans l’obscurantisme et l’affairisme pour que cela vaille la peine de continuer à se battre, cela devrait tous nous interpeler. Mr Roberts mentionne les événements du 11 Septembre comme le tournant majeur de la chute irrémédiable de son pays sous les coups de boutoir de la propagande de l’Administration américaine. Voici le cri d’alarme d’un amoureux de la Liberté, de la Vérité et de la Paix, dont on espère que ce message ne constituera pas un "adieu".»

Extraits de son article du 3 avril 2010, «
La Vérité est tombée en emportant la Liberté avec elle »:

« Il fut un temps où la plume était plus puissante que l’épée. En ce temps-là, les gens croyaient en la Vérité, et la considéraient comme un pouvoir indépendant, et non comme un auxiliaire du gouvernement, des classes [NdT : sociales], des races, des idéologies, des personnes ou des intérêts financiers. Aujourd’hui, les Américains sont gouvernés par la propagande. Ils ont peu d’égard pour la Vérité, y ont peu accès, ou sont peu capables de la reconnaître.
La Vérité n’est pas la bienvenue. Elle est dérangeante, interdite. Celui qui en parle prend le risque d’être taxé d’ "anti-américan", "antisémite " ou de "théoricien du complot".»

La Vérité est gênante pour les gouvernements et les groupes d’intérêts dont les contributions aux campagnes [électorales - NdT] contrôlent les gouvernements.
La Vérité est gênante pour les Procureurs intéressés par les sentences, pas par la recherche de l’innocence ou de la culpabilité.
La Vérité est gênante pour les idéologues.
La plupart de ceux dont le but était la recherche de la vérité sont dorénavant grassement payés pour la cacher. Les "Économistes libéraux" sont payés pour vendre les délocalisations au peuple américain.
Les postes américains à haute productivité, ou à haute valeur ajoutée sont dénigrés, qualifiés de "sales", d’industriellement dépassés. Vestiges de notre passé, dont il est préférable de nous séparer.
Ils sont remplacés par la "Nouvelle économie", une économie mythique constituée de métiers high-tech en cols blancs [NdT : Référence à la tenue des scientifiques dans le passé], depuis lesquels les Américains innoveraient et financeraient les activités délocalisées.
Tout ce dont les Américains ont besoin pour intégrer cette "Nouvelle économie" , ce sont des diplômes en Finance délivrés par les universités de l’ "Ivy League" [3], pour pouvoir ensuite aller à Wall Street occuper des postes à un million de dollars.»
(...)
En tant qu’économiste, je suis sidéré de voir que les économistes américains n’ont pas conscience que l’économie américaine a été détruite dans la délocalisation du PIB américain vers les pays d’outre-mer.
Les entreprises américaines, dans leur poursuite de gain maximal, de réduction des couts du travail et de "bonus de performances" maximum envers la direction, ont déplacé la production des biens et services américains vers la Chine, l’Inde, et ailleurs à l’étranger.
Quand je lis que les économistes décrivent les délocalisations comme un libre échange basé sur la comparaison des avantages, je réalise qu’il n’y a aucune intelligence ou intégrité parmi les professionels de l’économie américaine.
Intelligence et intégrité ont été achetées par l’argent. Les entreprises américaines multinationales, ou mondiales payent des paquets de compensation de plusieurs millions de dollars aux grands managers, qui réalisent ces "prix de performances" en remplaçant le travail américain par le travail étranger».

(...)
LA SUITE :  CLIC
Or, nous subissons essentiellement la même situation au Québec. La liquidation d'Aléris, de Norsk Hydro et de nombreuses autres entreprises de production, ainsi que la vente des équipements en Chine dans bien des cas sont des exemples de la dévastation que nous subissons. Ceci après avoir empoché des sommes fabuleuses en subventions, i.e. avec nos taxes et impôts...

C'est sans parler des abominables pertes de notre Caisse de Dépôt et Placement (env. 40 G$) coïncidant avec la démission du larron en chef, parti avec des millions au lieu d'être sanctionné, pour se mettre au service de Power Corp. qui voudrait bien mettre la main sur notre « bas de laine » national... Power Corp. qui investit à l'étranger les millions réalisés ici depuis une vingtaine d'années, tout en conservant un incroyable contrôle de l'information...

Que pensent nos économistes de cette trahison des élites qui mène à la catastrophe ?


 * * *
« Ils vont finir par l’avoir leur guerre civile généralisée,
nos mondialistes pour qui toute nation solidaire et forte
est un obstacle au futur gouvernement mondial,
comme en ex-Yougoslavie, en Irak, au Liban, en Palestine ! »
* * *
« Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud
pour aller dans l’hémisphère nord.
Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis.
Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir.
Et ils le conquerront avec leurs fils.
Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire.»
Houari Boumédienne  président algérien,  discours à l’ONU en 1974.
 * * *
« Fuyez les délices, fuyez cette mollesse énervante
  qui détrempe vos âmes, et les endort dans une continuelle ivresse,
  tant qu’un revers subit ne vous avertit point que vous êtes hommes. »
SÉNÈQUE, philosophe romain (4 - 65), « De la Providence »


* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
LE DEVOIR  -  1910-2010
* * *


mardi 27 juillet 2010

PLANÈTE : CRIME CONTRE LA NATURE



PLANÈTE était une revue bimestrielle éditée entre 1961 et 1971 qui reprenait les différents thèmes abordés dans l'ouvrage de Jacques Bergier et Louis Pauwels, Le Matin des Magiciens, et qui se présentait comme le porte-parole du mouvement du réalisme fantastique. C'était en quelque sorte une
avant-garde des penseurs du futur... (voir clic).

Dans une chronique appelée « Les futuribles », on s'efforçait de prévoir les conséquences de toutes sortes du développement fulgurant des techniques, y compris les conséquences terribles et catastrophiques pour l'Humanité. Rappelons qu'à cette époque l'Union Soviétique existait, que les États-Unis venaient d'imposer le blocus total à Cuba (toujours appliqué...), que l'ordinateur personnel n'avait pas encore été inventé, comme bien d'autres choses, etc.

On retrouvera ci-dessous un article que j'ai numérisé à partir du numéro d'avril 1969 de PLANÈTE. Il s'intitule « Crime contre la Nature » et décrit particulièrement une rencontre de savants et de dirigeants du monde entier qui se retrouvent en 2005 dans un climat dramatique, à Thulé au Groënland, pour décider des mesures à prendre pour sauver la vie sur Terre car les catastrophes se multiplient...

Les savants en questions se réclament du Mouvement Pugwash qui avait été fondé en 1957. Quelques détails sur ce mouvement :

Le Mouvement Pugwash : des scientifiques contre la course aux armements

                En pleine guerre froide et en plein développement des armes nucléaires, dans une période où se multiplient les essais nucléaires dans l'atmosphère, Bertrand RUSSEL (1872-1970) et Albert EINSTEIN (1979-1955) lancent le 9 juillet 1955 (ce sera le dernier acte public du grand savant atomiste américain)  le manifeste qui porte leur nom. Dans ce manifeste Russel-Einstein, prenant acte du danger de destruction de l'humanité au cours d'une guerre nucléaire, le philosophe et le physicien, invitent les scientifiques du monde entier et le grand public à souscrire la déclaration suivante :
       "Sachant que dans n'importe quelle guerre mondiale future, des armes nucléaires seront certainement employées et que ces armes mettent en péril la survie de l'humanité, nous exhortons les gouvernements du monde à comprendre et à reconnaître publiquement qu'ils ne sauraient atteindre leurs objectifs par une guerre mondiale et, en conséquence, nous les exhortons à trouver les moyens de résoudre pacifiquement leurs désaccords".
   Ce texte fut signé par 11 professeurs de physique théorique, ou de zoologie ou encore de chimie, la plupart Prix Nobel de leur discipline.

Sur la lancée de ce manifeste, Joseph ROTBLAT (1908-2005) et Bertrand RUSSEL fondent à Pugwash en Nouvelle-Ecosse au Canada, en 1957, le Mouvement Pugwash (Pugwash Conferences on Science and World Affairs). La première Conférence de juillet 1957 rassemble 22 scientifiques des Etats-Unis, de l'Union Soviétique, du Japon, de Grande-Bretagne, du Canada et de 5 autres pays, dont la France. Bien d'autres n'ont pu venir et se joindront aux Conférences suivantes en relativement grand nombre. D'emblée, il s'agit d'une organisation internationale rassemblant surtout des scientifiques, à titre individuel, doté d'une structure administrative très légère (Conseil de Pugwash, Comité Exécutif, Secrétaire Général), ayant vocation à tenir des réunions dans le plus grand nombre de pays possible, de manière toujours informelle et non secrète.(...)
Source :  clic.
Aujourd'hui nous sommes en 2010, et à peu près tout ce qui est prédit dans cet article de 1969 s'est réalisé, même en pire...



Crime contre la nature


Futuribles : Un matin de 2005.

Revue PLANÈTE  -  Avril 1969

Dans la salle de conférence de l'aéroport de Thulé.
Des savants du monde entier (groupe Pugwash)
ont convoqu
é les gouvernants.

Arrêtez le massacre de la nature, ou c'est l'insurrection générale!... C'est à peine anticipé, voici pourquoi.

par le Groupe de recherches Planète

En septembre 1968, l'Unesco lançait le cri d'alarme: un effroyable danger menace l'humanité. Le Courrier de cet organisme s'intitulait: «Notre planète devient-elle inhabitable?» Nous avons, depuis, essayé de rassembler les faits. Additionnés, ils évoquent une catastrophe au moins égale à celle d'un déchaînement atomique. Moins «sensationnelle» sans doute, parce qu'elle s'étend sur des années. Et moins connue surtout. Parce que la révélation de ces faits gêne d'énormes intérêts. Voici un exercice de «futurible» sur cette question. C'est-à-dire un exercice d'imagination argumenté sur un avenir possible. Dans notre précédent numéro, notre groupe de recherches avait envisagé une guerre des deux Allemagnes en 1972. Nous appliquons à ce « futurible» le même système. D'abord un exposé des données présentes. Ensuite un récit dans le futur.

La terre espagnole est une des plus pauvres d'Europe parce qu'au xve siècle, Ferdinand et Isabelle ont accordé aux bergers transhumants le droit de faire passer partout leurs troupeaux. Or, le mouton arrache l'herbe. Il a transformé en landes caillouteuses tout le centre de la péninsule. L'Espagne paye encore cette imprévoyance. L'homme recommence inlassablement ses fautes. Personne, en 1859, n'a empêché M. Austin d'importer 24 lapins en Australie. Ils ont pullulé impunément. Aujourd'hui, des milliards de rongeurs ont transformé la moitié de l'Australie en désert. L'aventure australienne aurait dû nous apprendre qu'il est périlleux de modifier l'équilibre naturel. Au début de ce siècle, les éleveurs américains ont détruit les coyotes qui attaquaient leurs troupeaux. Les rats, que le coyote ne chasse plus, causent aujourd'hui des dégâts incalculables dans la Grande Prairie.

Les chasseurs de l’Arizona ont exterminé loups et pumas qui attaquaient le cerf de Kaihab, gibier apprécié. Ce cerf, pullulant, a saccagé la végétation de l'État, après quoi ii est mort de faim.

Un peu plus tard, l'Égypte détruisait les ibis, consommateurs de serpents. La couleuvre s'est multipliée, dévorant toutes les grenouilles. Le criquet, que la grenouille ne mangeait plus, ravage les moissons. En France, l'extermination des oiseaux de nuit a laissé proliférer les petits rongeurs: ils dévorent aujourd'hui 12% de nos récoltes. En Afrique, la chasse a raréfié l'hippopotame. Les hautes herbes du Niger, fumées par les excréments de ce pachyderme, disparaissent. La vive se délite, cède, le Niger déborde. 11 faudra des milliards et des années de travaux pour le maîtriser. La nature, naguère, le régularisait gratis.

Vers 1950 enfin, parce qu'ils chassaient son gibier, la Tchécoslovaquie a détruit les renards de Bohême. En 1952, les épizooties ravageaient la forêt; le renard n'était plus là pour manger les bêtes contagieuses. Prague a dû importer des renards - russes - qui, faisant leur métier sanitaire, ont permis la reconstitution.
66 / Inventer le futur
La nature a une balance juste

Ces exemples montrent ce qu'est l'équilibre biologique, et sa vulnérabilité. Des milliers d'espèces hantent la planète. Chacune y joue son rôle. Le ver de terre aère le sol (la Hollande a dû en importer pour rendre cultivables les champs conquis sur le Zuiderzee). L'herbe pousse. Elle nourrit l'herbivore, qui fume le sol. Le carnivore mange le mangeur d'herbes, l'empêchant de détruire la végétation nourricière. Le plus étrange c'est que la nature a une balance juste: herbivores et carnassiers se limitent mutuellement.

En Somalie, en Mauritanie, où la gazelle est rare, le lion, monogame, n'a qu'un ou deux lionceaux par an. Au Kenya, où le gibier abonde, le lion, polygame, fait dix ou douze petits. En Norvège et au Canada, le harfang, oiseau de nuit qui vit de lemmings, pond plus d'œufs les années où son gibier abonde. Si, toutefois, les lemmings font de la surpopulation, ils se groupent en bandes de centaines de milliers, gagnent la mer et se noient. En mer, un cycle comparable va du plancton au crustacé, du crustacé au hareng, du hareng au phoque et du phoque à l'épaulard. Même circuit dans les eaux douces: les carpes sont plus petites dans les étangs sans brochets. Trop nombreuses, elles s'y développent mal.

Ainsi, d'un bout de la nature à l'autre, fonctionnent les chaînes alimentaires. Quand un des maillons est rompu, tout le mécanisme se bloque.

Le drame est qu'aujourd'hui les hommes, de plus en plus nombreux et pourvus de moyens de destruction de plus en plus puissants, bloquent ce mécanisme. Certes, depuis quelques années, nous avons compris le danger, multiplié les parcs nationaux où l'on tente de faire subsister des espèces menacées.

Le bouquetin a trouvé refuge au Grand-Paradis, le mouflon de Corse à l'Aigoual, l'aigle et l'ours seront sauvés par le parc des Pyrénées, le bison européen reconstitue son troupeau en forêt de Biolowicza, comme son cousin d'Amérique dans les parcs américains, les fauves africains au Kenya. Nous avons aussi arrêté l'assèchement des marais qui allait supprimer le passage des oiseaux migrateurs.

Mais le remembrement des terres supprime partout les haies où nichait l'oiseau insectivore. L'insecte croît et la pollution tue nos rivières.
Où l'homme se ruine lui-même

II ne s'agit pas seulement de protéger les espèces pour le plaisir des zoologues et la bonne conscience des amis des bêtes. Le public s'est ému des pollutions provoquées par le naufrage du «Torrey-Canion». On a tiré d'affaire quelques centaines d'oiseaux englués de pétrole. Mais quels pétroliers sont pourvus du système capable de solidifier la cargaison en cas de sinistre?
68 / Inventer le futur

Et qui songe aux destructions plus graves que provoquent les industries? Vers 1900, cinquante espèces de poissons hantaient le cours inférieur de la Seine. Il ne reste plus que quelques anguilles malades. Les rivières suisses, autour de Zurich, sont mortes. Les cours d'eau français charrient, en permanence, six millions de tonnes de matières polluantes. Et l'arrivée des détersifs aggrave la situation. Les pouvoirs, qui n'ont pas pu imposer la prudence aux pétroliers, sont aussi impuissants face à l'industrie chimique. L'Association internationale des Distributions d'eau a mis les gouvernements en garde. L'Onu, l'Unesco, sont intervenues. Résultats dérisoires. Le désastre s'aggrave. On commence même à le sentir en mer, où les ressources semblaient inépuisables.
Des milliards de milliards perdus

Le cormoran, qui nichait aux îles Chinchas, déposait son guano, merveilleux engrais. L'Européen détruit le stock, tue les cormorans, exporte leurs œufs à pleins bateaux. La production de guano - un million de tonnes par an à la fin du siècle - tombe à 23 000 tonnes en 1910. Le Chili doit nationaliser l'exploitation pour stopper sa ruine. Il fallait, en 1920, 4 heures de travail pour pêcher une tonne d'aiglefin dans les mers d'Irlande. En 1937, il en fallait treize: l'aiglefin s'était raréfié par l'over-fishing -pêche abusive. Les techniciens, alertés, inventaient alors « l'unité d'effort» pour estimer les dégâts. En 1920, une «unité d'effort» permettait de pêcher 150 tonnes de flétan. En 1930, la même «unité d'effort» n'en ramenait plus que 65.

Allions-nous enfin limiter ces pêches industrielles comme on l'avait fait pour la baleine? En 1935, le Pacifique donnait 800000 tonnes de sardine. En 1967, plus que 50 000... L'homme poursuit actuellement en Afrique une exploitation aberrante: d'immenses troupeaux de bœufs végètent, sous-alimentés, inexportables à cause de la peste bovine. Ils ruinent la savane pour rien. Les zootechniciens ont prouvé que le pâturage naturel africain ne pouvait porter que 3 à 4 tonnes de ces bovins sans se dégrader irrémédiablement. Mais ils ont prouvé aussi que le même kilomètre carré «portait», sans en souffrir, de 20 à 35 tonnes d'animaux locaux, parfaitement comestibles et dont la chair est d'ailleurs excellente. Pétridès et Swank l'ont établi en 1958, Bourlière et Vershueren en 1960, des expériences probantes ont été faites en 1963, où 3 500 tonnes de viande d'impala, de koudou et de gnou ont été «commercialisées» à la satisfaction des consommateurs.

On pourrait supposer que l'exemple a été suivi: cette exploitation pastorale sauverait des millions d'Africains, soutiendrait les finances de leurs États. Il n'en est rien. Les démonstrations, les essais, restent ignorés. D'abord à cause des traditions tribales -Masaï et Bororos tirent gloire de leurs troupeaux improductifs- et surtout parce que les producteurs de viande des pays sur-développés ont mis le holà: redoutant la concurrence et la perte de marches extérieurs, les « viandiers» ont stoppé l'apparition du bifteck de gazelle sur nos étals...

Additionnez le déficit agricole espagnol, la ruine des terres australiennes, les dégâts des criquets en Égypte, des rongeurs en France, chiffrez-les. Ajoutez ce que coûte la pêche abusive. Vous obtiendrez un chiffre astronomique, des milliards de milliards perdus. Mais il y a pire: parce que certains ont intérêt à ruiner l'équilibre biologique, nous sommes en train d'empoisonner la terre. Le récit qui va suivre n'est pas absolument imaginaire. Les faits qu'il rapporte se sont produits récemment. Les processus qu'il évoque sont dès à présent engagés.
La conférence de 2005

C’est un matin de 2005. Sur l'aérodrome de Thulé viennent d'atterrir des supersoniques venus des quatre coins du globe. D'abord débarquent les savants du  groupe libre Pugwash, qui groupe les plus grands chercheurs pacifistes de la terre. Les politiques vont arriver dans l'après-midi. Six heures du soir. Tous les congressistes se rassemblent au briefing-room de l'aéroport militaire. Cinquante hommes s'y font face.

D'un côté de la table, les scientifiques de Pugwash. En face, sous une immense carte du globe, les représentants de vingt-cinq États. Un Américain, deux fois prix Nobel, se lève:

— Je dois d'abord, dit-il aux gouvernants, faire une déclaration au nom de mes collègues. Si, au sortir de cette réunion, nous n'avons pas l'assurance que des mesures seront prises pour arrêter le drame, ce document (il pousse devant lui un mince dossier), déjà remis à Telstar où nous avons des amis, passera sur toutes les télévisions de la Terre avant que vous n'ayiez rejoint vos capitales. Nous sommes bien d'accord, Messieurs? dit-il en se retournant vers ses collègues.

Les scientifiques approuvent. Il y a là des Américains, des Européens, des Russes, un Indien et trois Japonais, des Chinois, des Africains et deux Sud-Américains. Depuis des mois, ils correspondaient, se réunissaient secrètement, préparaient le réquisitoire qu'ils allaient asséner aux maîtres du monde. Le représentant personnel du président des États-Unis, ayant consulté ses voisins, dit lentement:

- Comme tous les membres de gouvernements réunis ici, je dois préciser que mon président a déféré à cette convocation en raison de la notoriété de ceux qui l'avaient lancée. Nous pensons que vous avez des choses graves à nous dire. Mais pourquoi cet ultimatum, et pourquoi le secret absolu que vous avez exigé?

Kosnitzine, bio-statisticien russe fort âgé, est déjà debout :

- Nous avons exigé le secret parce que les responsables du drame étaient assez puissants pour empêcher cette conférence. Nous lançons cet ultimatum parce que - l'interdiction de la bombe atomique l'a prouvé -c'était le seul moyen pour vous empêcher, vous qui la gouvernez, de laisser empoisonner l'humanité.
En 1990, de nombreux savants démissionnent

Depuis 1980, l'inquiétude pesait. D'abord, on avait parlé de maladies nouvelles, incurables. Parfois l'Office Mondial de la Santé annonçait que « l'épidémie d'hépatites virales, jugulée en Asie, recule en Afrique du Sud». Le Gouvernement américain déclarait que « la courbe des cancers semble enfin, depuis un an, plafonner aux États-Unis». Ces communiqués rappelaient trop ceux des armées vaincues, au temps où il y avait encore des guerres: «Nos troupes, faisant face à un adversaire supérieur en nombre, tiennent solidement la ligne de...» Vers 1985, des bruits avaient filtré: des enfants difformes, asexués, naissaient un peu partout. Dans certaines régions, les naissances tombaient brusquement à rien. Presse et radio n'en soufflaient mot. Certains prétendaient que ce silence avait de hautes raisons.

En 1990, une cascade de démissions de savants notoires avait frappé l'opinion. Pourquoi les porte-parole des chefs d'État disaient-ils aux journalistes que « pour des motifs d'intérêt général, le Gouvernement de... avait jugé inopportune la conférence de presse de M. X..., prix Nobel»? Et pourquoi n'entendait-on plus parler des démissionnaires? Pourquoi, enfin, les associations, de plus en plus nombreuses, qui prônaient le retour à la vie naturelle, étaient-elles pourchassées, leurs publications interdites?

Vaguement inquiet malgré la paix, l'homme hypercivilisé, quand il essayait de fuir ses villes, s'étonnait. Les bois étaient désormais sans oiseaux.

Les gouvernants savaient. Certains se souvenaient d'interventions suspectes contre des « campagne de presse qui pourraient nuire à l'activité économique». Ceux qui intervenaient touchaient toujours de près certaines industries... Allait-on aborder, dans ce briefing-room, des sujets franchement désagréables?
70 / Inventer le futur
Aucun produit n'est l'ennemi d'un seul insecte

Je vous dirai d'abord, commence l'Américain, ce qui s'est passé de 1943 - où tout a commencé - à 1969...

Il raconte comment l'armée américaine, débarquant à Naples en 43, y avait arrêté une épidémie de typhus en tuant les mouches au D.d.t. Mais, cinq ans plus tard, les mouches italiennes « résistaient» à l'insecticide, comme celles d'Espagne, du Danemark, d'Égypte,
comme les poux que les GI combattant en Corée arrosaient de pesticide, comme ceux
des camps de l'U.n.r.r.a. en Syrie...

Puis les planteurs du Soudan s'étaient plaints que l’anthonome du coton, arrosé d'insecticide, s'était multiplié. Même plainte des planteurs de café du Congo. On se rappela alors qu'en 1920 le pyrale de la vigne, attaqué à l'arséniate de plomb, lui .avait résisté. Qu'en 1945, il y en avait

12  espèces, et 137 en 1960. On se souvint que les fourmis de Louisiane, combattues à l'heptachlore, avaient proliféré, parce que cet insecticide avait exterminé leurs ennemis.

-    Dès ce  moment, dit l'Américain, nous savions que le pesticide est inefficace parce que certaines souches d'insectes deviennent « résistantes» et se multiplient d'autant mieux qu'aucun de ces produits n'est l'ennemi d'un seul insecte, mais tue aussi ceux qui détruisent celui qu'on voulait éliminer. Qu'en d'autres termes, ils font plus de mal que de bien.

Un arrosage exterminant tous les volatiles

Dès 1958, d'autres faits se révélaient. Cette année-là, on avait arrosé d'insecticides les fourmis de l’Arizona: toutes les bécasses, tous les dindons sauvages, des vaches et des veaux étaient morts, des porcs étaient devenus stériles.

L'année suivante, en Californie, un autre insecticide avait attaqué l'adèle du riz: 60 000 poissons avaient crevé. Le 15 janvier, une usine de pesticides avait déversé ses déchets dans le Colorado, qui en avait été empoisonné sur 160 kilomètres. Un cheval était mort, et on avait trouvé tant de traces d'insecticide dans le lait des vaches du Montana, à la suite d'un arrosage destiné à tuer le papillon zig-zag, qu'on avait dû abandonner le traitement. Dans le Wyoming, les truites avaient crevé. Dans le Michigan, tous les oiseaux, tous les écureuils, après qu'un avion eut saupoudré la région de pesticide contre le scarabée. A Blue Island, les oiseaux encore, et surtout les rouges-gorges, les lapins, et 90°; des chats. Dans l'Alabama, un arrosage avait exterminé bécasses, volailles et hirondelles.
Une mise en garde officielle est lancée

Pourtant, ces produits étaient pourvus de certificats les affirmant sans danger pour les autres espèces animales. Complicité officielle? Non: ignorance. On ne savait pas encore que l'insecticide se dépose dans les graisses, s'y emmagasine. On ignorait alors le phénomène d'amplification plus nombreuses, qui prônaient le retour à la vie naturelle, étaient-elles pourchassées, leurs publications interdites?

Vaguement inquiet malgré la paix, l'homme hypercivilisé, quand il essayait de fuir ses villes, s'étonnait. Les bois étaient désormais sans oiseaux.

Les gouvernants savaient. Certains se souvenaient d'interventions suspectes contre des « campagne de presse qui pourraient nuire à l'activité économique». Ceux qui intervenaient touchaient toujours de près certaines industries... Allait-on aborder, dans ce briefing-room, des sujets franchement désagréables?
70 / Inventer le futur
Aucun produit n'est l'ennemi d'un seul insecte

--  Je vous dirai d'abord, commence l'Américain, ce qui s'est passé de 1943 - où tout a commencé - à 1969... Il raconte comment l'armée américaine, débarquant à Naples en 43, y avait arrêté une épidémie de typhus en tuant les mouches au D.d.t. Mais, cinq ans plus tard, les mouches italiennes « résistaient» à l'insecticide, comme celles d'Espagne, du Danemark, d'Égypte, comme les poux que les GI combattant en Corée arrosaient de pesticide, comme ceux des camps de l'U.n.r.r.a. en Syrie...

Puis les planteurs du Soudan s'étaient plaints que l'anthonome du coton, arrosé d'insecticide, s'était multiplié. Même plainte des planteurs de café du Congo. On se rappela alors qu'en 1920 le pyrale de la vigne, attaqué à l'arséniate de plomb, lui .avait résisté. Qu'en 1945, il y en avait 12 espèces, et 137 en 1960. On se souvint que les fourmis de Louisiane, combattues à l'heptachlore, avaient proliféré, parce que cet insecticide avait exterminé leurs ennemis.

--  Dès ce moment, dit l'Américain, nous savions que le pesticide est inefficace parce que certaines souches d'insectes deviennent « résistantes» et se multiplient d'autant mieux qu'aucun de ces produits n'est l'ennemi d'un seul insecte, mais tue aussi ceux qui détruisent celui qu'on voulait éliminer. Qu'en d'autres termes, ils font plus de mal que de bien.
Un arrosage exterminant tous les volatiles

Dès 1958, d'autres faits se révélaient. Cette année-là, on avait arrosé d'insecticides les fourmis de l'Arizona: toutes les bécasses, tous les dindons sauvages, des vaches et des veaux étaient morts, des porcs étaient devenus stériles.

L'année suivante, en Californie, un autre insecticide avait attaqué l'adèle du riz: 60 000 poissons avaient crevé. Le 15 janvier, une usine de pesticides avait déversé ses déchets dans le Colorado, qui en avait été empoisonné sur 160 kilomètres. Un cheval était mort, et on avait trouvé tant de traces d'insecticide dans le lait des vaches du Montana, à la suite d'un arrosage destiné à tuer le papillon zig-zag, qu'on avait dû abandonner le traitement. Dans le Wyoming, les truites avaient crevé. Dans le Michigan, tous les oiseaux, tous les écureuils, après qu'un avion eut saupoudré la région de pesticide contre le scarabée. A Blue Island, les oiseaux encore, et surtout les rouges-gorges, les lapins, 6190*;; des chats. Dans l'Alabama, un arrosage avait exterminé bécasses, volailles et hirondelles.
Une mise en garde officielle est lancée

Pourtant, ces produits étaient pourvus de certificats les affirmant sans danger pour les autres espèces animales. Complicité officielle? Non: ignorance. On ne savait pas encore que l'insecticide se dépose dans les graisses, s'y emmagasine. On ignorait alors le phénomène d'amplification biologique. L'ignorait-on, ou voulait-on l’ignorer? Lehman, créateur du chlordane, avait dit que « quiconque le manipule risque l'empoisonnement». Dès 1935, on savait l'heptachlore responsable d'hépatites virales, que le malathion attaque le foie, qu'un seul cachet d'aldrine avait tué 400 cailles, déterminé la stérilité chez d'autres animaux, que l'endrine, 15 à 300 fois plus nocive que le D.d.t., avait tué tant de bétail, empoisonné tant de prés, qu'une mise en garde officielle avait été lancée...

Mieux, on ne pouvait oublier l'expérience de deux physiologues de la Marine anglaise qui avaient absorbé volontairement une solution à 2% de marathion. Quelques heures plus tard, apparaissaient les symptômes de lourdeur, d'hébétude, un commencement de paralysie.

Et qui parlait des déclarations du Dr Hulper, chef de la clinique Mayo, spécialiste des maladies du sang: « Presque tous nos malades ont été en contact avec des pesticides»?
72 / Inventer le futur
Un produit si toxique
qu'on l'utilisait pour se suicider

En 1961, un homme, ayant renversé sur lui une solution à 25% de chlordane, était mort en 40 minutes. L'année suivante, les ouvriers qui avaient participé à une campagne d'insecticides anti-paludéenne étaient tous tombés malades. Un enfant vénézuélien avait vécu des mois dans le coma, puis était mort, d'avoir absorbé un pesticide à base d'endrine. Les alcoyles, ou phosphates organiques, inventés par Schrader, avaient été fabriqués - arme secrète - par le III1 Reich: employés comme insecticides malgré cela, ils avaient tué deux enfants en Floride, deux autres en Wisconsin. Le parathion enfin, si toxique que les Finlandais qui voulaient se suicider l'avaient employé couramment, était responsable de 200 morts californiens en dix ans, 100 aux Indes, 67 en Syrie pour la seule année 1958, 336 en moyenne (sic) par an au Japon...

Enfin - symptôme inquiétant - les traitements aux insecticides avaient fait apparaître des insectes bizarres, bisexués, que les savants avaient baptisé « gynandromorphes».
La contamination de toute la chaîne alimentaire

« Nous savions donc — et nous le disions — continue l'Américain, que le poison passe de l'insecte à qui le mange, contamine toute la chaîne alimentaire, atteint l'homme. C'est alors que le Dr Knipling a eu l'idée de stériliser des insectes mâles. Il s'agissait du callitroge, qui attaque le bétail, et coûtait 40 millions de dollars par an aux éleveurs américains. Knipling tente son expérience dans l'île de Curaçao en 1954, diffuse par avion 160 mâles stériles par kilomètre carré. Les femelles de callitroge préféraient-elles ces mâles improductifs? Le fait est là: sept semaines après les œufs de callitroge -qu'elles pondent dans les écorchures du bétail - étaient stériles, puis la ponte cessait. Cet insecte était éliminé de l'île. « L'expérience fut tentée ailleurs, avec succès. On l'étudia pour combattre la mouche tsé-tsé, d'autres mouches nuisibles. « Mais la stérilisation d'un insecte par irradiation est une opération trop délicate pour être généralisée. On l'a modifiée en lui faisant absorber des aliments stérilisants: même succès. Avions-nous enfin trouvé le pesticide miracle, qui détruit la seule famille d'insectes qu'on veut anéantir?

« Malheureusement, Peter Alexander, de l'Institut de recherches britanniques Chester Beatty, devait déclarer que « tout agent capable de rendre un insecte stérile est aussi un puissant mutagène et carcinogène », et conclure à l'interdiction de la stérilisation par aliments - la seule utilisable industriellement -, car elle pourrait conduire à des mutations imprévisibles - en clair, à des monstres ou à l'expansion du cancer... « D'autres techniques ont été étudiées: pièges à mâles, qu'on y attire en les parfumant des sécrétions de la femelle, ultrasons tuant les larves de moustiques. Ils coûtaient cher, et leur efficacité était faible.
Industriels contre biologistes
«On en était là en 1969, dit l'Américain, quand un biologiste rappela que « le plus grand facteur empêchant les insectes de submerger la nature est la guerre d'extermination que les animaux se livrent entre eux». Certains bacilles tuent autant d'insectes que le meilleur pesticide, certains protozoaires réduisent sa reproduction, la guêpe japonaise détruit l'insecte des pommeraies, la fourmi rouge, le hibou, la chauve-souris, tous les oiseaux insectivores, l'araignée épeire, la souris, le campagnol tuent l'insecte, sa larve ou son cocon.
«En 1990, nous avons voulu lancer une grande campagne pour « la lutte contre les insectes par nos alliés naturels», les bêtes que la nature semblait avoir précisément créées et maintenues afin qu'elles limitent les populations d'insectes. Tout était prêt, films, articles pour la presse, interviews pour les diverses télévisions du monde, manifestations... Rappelez-vous, Messieurs, ce qui s'est passé»... Le savant américain souffle un peu, essuie ses lunettes. Les gouvernants se regardent: c'est cette année-là qu'ils avaient été l'objet d'« interventions» d'industriels des produits chimiques. «Vous vous êtes inclinés, n'est-ce pas? poursuit le rapporteur, impitoyable. Vous n'avez pas voulu savoir que des hommes crevaient du cancer, que l'hépatite virale se répandait! Les enfants-monstres? Il y en avait toujours eu, n'est-ce pas? Et si la courbe des maladies nouvelles montait plus que celle de la population, c'était la faute des médecins ou des industriels de la pharmacie qui n'avaient qu'à inventer des remèdes? Ils en ont découvert, certes, mais la maladie allait plus vite qu'eux parce que le poison, répandu depuis 1947, avait gagné de proche en proche, atteint la nature entière et qu'on en apportait toujours davantage, pour exterminer les insectes «résistants» sans voir qu'on empoisonnait toute la chaîne alimentaire?
« Responsables de vos nations, vous vous êtes d'abord jugés responsables de l'ordre, et vous avez réduit au silence ceux qui risquaient d'ameuter l'opinion. Le résultat? Le voici.»
L'Américain montre du doigt, sur la carte du monde qui domine le rang des gouvernants, les divers pays:
«Neuf pour cent d'enfants anormaux en France, en 1995, quatorze pour cent aux États-Unis. Le nombre des cancéreux double en cinq ans en Angleterre, triple en Égypte. L'hépatite virale tue plus d'hommes en Asie qu'autrefois la tuberculose, et elle a gagné l'Amérique du Sud. Voulez-vous d'autres chiffres? Ils passeront tout à l'heure à Telstar et le monde entier sera prévenu... » II se tait. Ces messieurs des gouvernements prient ces messieurs de Pugwash de bien vouloir attendre que l'on constitue des commissions. Ils s'engagent dans une discussion aussi formaliste que vive sur la constitution d'une commission qui serait éventuellement chargée de rédiger ce projet de constitution d'une commission internationale préparatoire. Les subtilités linguistiques mobilisent à ce point l'attention que le conciliabule des savants, dans un coin du briefing-room, passe inaperçu des gouvernants. Les heures passent. Un peu partout dans le monde, des édifices publics commencent de flamber...
* * * * * * * * *
Or, comme Québécois nous sommes dans l'impossibilité pratique d'agir avec les autres peuples dans le monde afin d'éviter le pire : nous n'avons pas encore de personnalité internationale; le Québec n'est pas encore indépendant.



* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
* * *
LE DEVOIR  -  1910-2010
* * *
DEMAIN – Hymne au Québec
* * *